Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BIENVENUE

Nous sommes un couple, la trentaine passée, amoureux de nature et d'aventure. En 2005-2006, nous avons chevauché notre tandem pour effectuer en autonomie complète, durant une année, une traversée du continent américain, de l'Alaska à la Terre de Feu. Nous avons 2 enfants maintenant et continuons à explorer notre belle planète simplement. Retrouvez nos anciennes vadrouilles sur www.tandaimenature.unblog.fr

 

Nous avons créé ce nouveau blog pour continuer à partager avec vous en images nos futurs périples à pied, à vélo et en famille, en France ou à l'étranger. Vous trouverez également sur ce blog les informations concernant nos diaporamas et nos publications (livre et articlesainsi que le suivi de notre projet pour 2012 et le lien avec des élèves du primaire et du secondaire…

Bon voyage!

 

Myriam Walter et Arnaud Dulieu

 

Pour nous contacter : tandaimenature05(arobase)voila.fr



cd 12 143

28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 17:11

 Italie-sud 3029

                                                                Le volcan Vésuve

 

Arnaud décroche une bonne dizaine d’oranges et de mandarines des arbres pour nous donner les vitamines et l’énergie suffisantes pour quitter le niveau de la mer et grimper de plus en plus haut vers le soleil dans l’espoir de s’en approcher !

Mais quelle ne fût pas notre surprise au col, après plusieurs heures d'effort, lorsque nous découvrons 750 m plus bas la mer et une vue inquiétante sur la grosse masse de nuages noirs qui en quelques minutes allaient entièrement nous phagocyter.

Italie-sud 3037

Sans le savoir, nous roulons alors sur les parois escarpées d’un incroyable littoral où routes, maisons et citronniers sont accrochés à la paroi abrupte. Dans cette espace réduit par la verticalité de la falaise, les habitants ont pour moyens de locomotion des minis voitures toutes éraflées et cabossées ou des scooters. Les parkings sont suspendus dans le vide. De quoi nous donner le vertige.Italie-sud 3089                                         Figuier et village accrochés à la paroi de la côte amalfitéenne

Italie-sud 3092                                                                  Citronniers en  terrasse

DSC00521

                                                                  A Amalfi, entre deux averses!

 

Nous n’avons trouvé aucune carte de la région et celle que nous possédons présente une échelle beaucoup trop grande pour repérer convenablement notre futur parcours. C’est ainsi que nous nous sommes embarqués sur des routes traversant une succession de chaînes de montagnes. Les sommets enneigés et les pancartes indiquant des stations de ski nous laissent augurer de l’altitude élevée des montagnes avoisinantes. Nous avançons lentement dans une région certes intéressante mais bien trop difficile pour de pauvres petits escargots qui transportent leur maison !

Italie-sud 3184

                                              Recherche d'un emplacement pour passer la nuit

 

Ayant oubliés que nous sommes dimanche, bien évidement, aucun marchands n’a ouvert ses portes aujourd'hui. Les crocs au ventre nous sommes alors heureux de trouver dans le village un bar qui nous fera griller des panini.

 Il n’y a plus de circulation sur cette petite route. Loin de nous inquiéter de la situation, nous descendons allègrement la pente après avoir passé 3 heures à grimper. Soudain, une pancarte en travers du chemin signale que toute circulation est interdite. Au dernier croisement, il y a plusieurs kilomètres de cela, nous n’avions vu aucune indication. Nous continuons à descendre car il nous est moralement impensable de remonter. D’un coup, de gros blocs de pierres barrent la route. Crispés, nous jugeons vite de la situation : « Ca passe ! ». Un espace aussi large que la remorque sera tout juste suffisant pour nous laisser l’opportunité de dévaler jusque dans la vallée et de bivouaquer parmi les oliviers.

Italie-sud 3134

                                                        Village perché du sud italien

En traversant la ville de Potenza à midi, je vois sur une pancarte qu’il y a un grand parc de jeux à droite. Nous dévions pour offrir un bon moment aux filles. Manque de chance, le complexe est fermé jusqu’à 17 h. Avant de remonter sur selle, le directeur nous interpelle et nous offre la possibilité d’y entrer et de laisser nos enfants jouer. Un grande structure de jeux à elles toutes seules : elles sont ravies! Tout cela, bien sûr, grâce aux vélos ! En voiture, cela ne se serait jamais produit.

Le soleil revenu, les italiens semblent plus détendus. Les coups de klaxons sont accompagnés d’une salutation alors qu’au préalable ils signifiaient plutôt : « Pousse-toi, j’arrive ! ». Notre chargement les intrigue. Un vieux monsieur nous questionne : « Mais où est votre maison ? » ; « c’est notre tente ! » répondons-nous ; « mais il n’y a pas de camping ici  et après c’est que de la campagne, il n’y a rien ! » ; « tant mieux, c’est ce que nous voulons pour planter notre tente ! ». Le vieil homme secoue la tête et tourne les talons en haussant les épaules. Pense-t-il alors que nous sommes fous ou bien que nous nous moquons de lui ? Toujours est-il que nous aurons plusieurs fois posé pied dans de beaux endroits pour bivouaquer. Chacun vaquent alors à ses occupations. Noémie grimpe aux arbres. Romane joue avec des cailloux et du sable. Arnaud, monte la tente. Je déballe les affaires de la remorque.

Italie-sud 3237

                                               Menu du soir : pâtes, sauce tomates et parmesan

La nature qui nous avait laissé aucun répit ses derniers jours veut se faire pardonner et nous offre enfin de douces soirées printanières. Regarder une dernière fois les étoiles scintiller avant de se blottir dans son sac de couchage et attendre que les oiseaux entament leurs chants matinaux en harmonie avec les premières lueurs pour se réveiller délicatement. Voici ce que nous appelons le bonheur simple.

DSC00587

Ravis d’avoir ingéré un stock de sucres lents tous les soirs en testant tortellini, fusili et autres pâtes italiennes, nous ne serons pas mécontents de goûter à de nouvelles habitudes alimentaires en changeant de pays.

Italie-sud 3204

                                                                    Tétines de Mozzarella

 

Nous quittons le port de Bari pour rejoindre Patras.

« Arriverderchi Italia ! » et « Kalimera » la Grèce

Partager cet article
Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 11:04

« On va où ? »

Nous décidons de longer la côte jusqu’à ce que s’annonce un hébergement peu onéreux. Loin de nous douter que nous allons véritablement vivre un parcours du combattant, nous sortons du port crispés par le froid, le vent et la pluie. Les klaxons, les moteurs des véhicules, le bruit de la tempête ne suffisent pas à nous énerver, il faudra encore que s’ajoutent une chaussée recouverte de pavés glissants et complètement défoncée par endroit, des flaques d’eau énormes à éviter, des voitures qui s’arrêtent, déboitent, nous frôlent, nous éclaboussent, d’autres sont garées en double file ou perpendiculairement à la route, les rails du tramways  qui tentent de nous faire tomber, une rue inondée, un molosse qui se jette sur moi. .. Nous sursautons sur ces pavés dans un vacarme incessant, nous jouons avec nos manettes prêts à pousser, tirer, freiner, tourner,  le regard captant toutes les informations à quasi  300°. Je me crois dans un jeu vidéo où je dois avancer en évitant les obstacles tout en trouvant la bonne direction, sauf qu’ici, on n’aura pas de deuxième chance.

 

Italie-sud 2998

Nous arriverons finalement à Pompéi, soulagés d’avoir gagnés les combats tels des gladiateurs. Dans le camping inondé, nous posons nos chars. La grille s’ouvre, les fauves sont lâchés. Ils sauteront inlassablement sur les lits du petit bungalow qui nous protègera de l’humidité ambiante.

Italie-sud 3006                                                   Dans les ruelles de Pompéi

Partager cet article
Repost0